[ ENIXpowaa ] Fanfic FFIX

Parlez ici de BD, des romans et postez vos écrits!

[ ENIXpowaa ] Fanfic FFIX

Messagepar ENIXpowaa » 11 Oct 08 à 12:02

Voili Voilou, je me suis enfin décidé à poster ma fic :choco: .

Vous vous en douterez, ce n'est pas du grand art mais c'est une fic qui me tient personnellement à coeur alors j'ai décidé de la poster.

Le bureau des conseils, encouragements et critiques ( constructives bien sur ^^ ) est ouvert. J'espère que vous passerez du bon temps :mog: .


Image



Un Voyage Sans Retour





# Chapitre 1 : L’événement tant attendu




Ce fut une matinée comme les autres pour moi, je me prenais à regarder le ciel qui brillait d’un profond halo argenté, les nuages qui le couvraient semblaient formés un infranchissable rempart de vapeur. Me lever fut alors une véritable épreuve et je me traînais tant bien que mal jusqu’à la cuisine dans un silence de mort. Ces mêmes mouvements répétés à l’extrême chaque jour me plongeaient dans un océan de lassitude, qui était devenu inséparable de mon quotidien.


Le moment fatidique du départ au lycée sonna, le long chemin bétonné qui y menait me semblait de plus en plus familier, je l’empruntais tel une âme errante en marchant à petits pas, la tête baissée. La petite placette qui donnait accès aux bâtiments scolaires était noire d’élèves, certains préféraient s’isoler dans la forêt qui les surplombait pour profiter d’un tout dernier moment de détente avant la pause du déjeuner.


Je commençais ma longue journée par 2 longues heures d’Education physiques et sportives sans me douter de ce qui allait m’arriver par la suite.
Notre professeur nous mena au pas de course dans la forêt pour parfaire notre endurance, ce premier avait gâché son week-end en installant des balises un peu partout dans les bois.
Il commença de sa voix tonitruante par nous expliquer les règles de sécurité et l’heure limite d’arrivée à laquelle tout le monde devait se plier.
Plusieurs groupes se séparèrent alors, chacun allant dans une direction différente, pour ma part j’avais préféré partir en solitaire vers le Nord de la forêt muni de ma fidèle boussole.


Je m’aventurais de plus en plus profondément dans l’immense forêt et commençais à quitter les sentiers. Les ronces me lacéraient les chevilles et je finis par regretter de m’être laisser guider par mon instinct, je n’avais toujours pas retrouvé de balises et l’idée de revenir bredouille me paraissait insensé. Je continuais alors ma randonnée, dans l’ignorance complète de l’heure actuelle.


Le chemin accidenté ne semblait plus finir, j’avais beau le traverser de part en part je finissais toujours par me retrouver au même endroit. La fatigue faisait place à de l’incompréhension puis à de la peur, le fait d’être perdu dans cette immense forêt faisait trembler ma carcasse toute entière, moi qui n’avais jamais été très courageux.


Un bruit sourd provenant d’un chêne me tira de ma torpeur, je m’avançais à petits pas vers celui-ci et le contemplais d’un air perplexe, comme je ne découvrais rien je finis par croire que mon esprit l’avait imaginé quand un second bruit au moins aussi sourd que le précédent se répercuta sur un buisson. Les arbres, plantes et arbrisseaux qui m’entouraient commencèrent à s’emballer et tous produisaient le même bruit sourd, mon instinct me crier de m’échapper mais mes jambes ne répondaient plus à l’appel si bien que je restais immobile et pantelant devant cette danse effrayante à laquelle se donnait une forêt déchaînée.


Avant même d’avoir compris la situation dans laquelle je me trouvais un trou béant s’ouvrit sous moi et mes jambes se dérobèrent, j’avais l’impression de vivre un mauvais rêve.
Le temps de ma chute paraissait être interminable et mon esprit sombrait peu à peu dans l’inconscience.
ENIXpowaa
Mini mog
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 15
Inscription: 07 Oct 08 à 18:54
Localisation: The Frontier Village : Dali
Sexe: Non spécifié

Messagepar nanaki 13 » 11 Oct 08 à 12:14

Psst je poste avant de lire ;) c'est moi le premier ! :mrgreen: :mrgreen:

:regarde:

EDIT : Le début est pas mal du tout mais pense a la description des personnages (j'ai cru comprendre que c'était toi le perso' principal) Bref la suite :!: :D
Bravo pour la présentation générale !! :)
Dernière édition par nanaki 13 le 11 Oct 08 à 12:23, édité 1 fois.
Image
Le premier pas vers la connaissance, c'est d'admettre que l'on se sais rien


http://ken-hunter-18.labrute.fr
nanaki 13
Mercenaire
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 80
Inscription: 22 Avr 08 à 15:18
Localisation: Canyon Cosmo
Sexe: Homme

Messagepar ENIXpowaa » 11 Oct 08 à 12:22

Ok merci, t'as répondu vachement vite en tout cas.

Pour les descriptions, j'essaierai d'en insérer plus après oki ?

Le 2ème chapitre devrait pas tarder à arriver ^^.

Merci d'avoir fait l'effort de commencer à lire.
ENIXpowaa
Mini mog
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 15
Inscription: 07 Oct 08 à 18:54
Localisation: The Frontier Village : Dali
Sexe: Non spécifié

Messagepar nanaki 13 » 11 Oct 08 à 12:26

:oops: C'est trop d'honneur :mrgreen: Tu gère comme tu veux moi en tout cas j'aime bien le début :P

EDIT : & merci a toi aussi car tu prend de ton temps libre pour notre plaisir & ça j'apprécie beaucoup !
Image
Le premier pas vers la connaissance, c'est d'admettre que l'on se sais rien


http://ken-hunter-18.labrute.fr
nanaki 13
Mercenaire
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 80
Inscription: 22 Avr 08 à 15:18
Localisation: Canyon Cosmo
Sexe: Homme

Messagepar ENIXpowaa » 11 Oct 08 à 12:38

La suite (h5) :



# Chapitre 2 : Prise de conscience



Je commençais à reprendre mes esprits et me retrouvais avachi sur une surface dure, mes paupières s’ouvrirent lentement et je pus distinguer une masse de passants agglutinés autour de moi me regardant bêtement. Mon premier réflexe fut de me lever et malgré les douleurs et les courbatures que je ressentais au niveau des jambes j’y réussis tant bien que mal.

Un passant plus courageux que les autres fendit la foule et se rapprocha discrètement de moi.

_ Un p’tit coup de main peut-être ? me demanda-t-il spontanément.
J’acceptai la petite main potelée qu’il me tendit et me laissais relever.
_ D’où venez-vous ? Je connais tous les habitants de Lindblum mais votre visage m’est complètement inconnu.

Je me perdis dans le flux de mes pensées en entendant le nom familier de Lindblum, je ne parvenais toujours pas à réaliser ce qui venait de se produire mais ma bouche prononça elle-même les mots magiques.
_ Lind… Lindblum, c’est une mauvaise blague, c’est ça hein !?
Ma réponse avait été cinglante et le regard bête dont m’affublaient les passants s’intensifiait
_ Non vous êtes bien à Lindblum, me répondit-il en pouffant de rire.
Les promeneurs resserraient le cercle autour de moi et un sentiment d’emmurement me gagnait, mon malaise ne faisait qu’accroître depuis un moment.
_ Je suis désolé mais je ne viens pas d’ici, ce n’est rien qu’un égarement de ma part, marmonnais-je.
_ De Tréno ? De Clayra ? De Bloumécia ? D’Alexandrie ? enchaîna-t-il d’une traite.

Ces noms de ville me paraissaient tous étrangement familiers mais la confusion qui régnait dans mes pensées ne me permettaient pas de répondre.

_ Ne vous en faites pas je vais vous aider, s’exclama joyeusement le brave passant, mon nom est Sipo, je vais commencer par vous faire une petite visite de la ville si vous voulez bien ?
Les yeux de Sipo débordaient de bienveillance et les mots sortaient spontanément de sa fine bouche.
J’acceptais sans plus tarder sa proposition et nous nous infiltrâmes à l’intérieur du cercle de promeneurs.

_ La ville de Lindblum est partagée équitablement en quatre magnifiques parties : le quartier théâtral est habité par tous les artistes et musiciens, le quartier ouvrier abrite les usines en tout genres, le quartier commerçant où nous nous trouvons en ce moment même contient toutes les armureries, apothicaires, forges et auberges de la ville et pour finir la plus importante des parties le château de Lindblum, mondialement connu sur Héra pour sa grandeur et sa beauté mais c’est aussi l’endroit où vit notre roi bien aimé Cid accompagné de sa femme Hilda.

La réponse de Sipo avait été claire, nette et bien ordonnée, on avait du mal à croire que malgré sa petite taille c’était quelqu’un de très cultivé.

_ Ouahhhhhh, jamais je n’aurais imaginé que ce fut aussi grand,
m’exclamais-je, en pleine contemplation des bâtiments qui m’entouraient.
_ Et oui, je suis très fier d’habiter à Lindblum. Allez continuons la visite tu veux bien … euh
comment m’avais tu dis que tu t’appelais déjà ? me demanda le petit être.
_ Je … Je m’appelle …, balbutiais-je.
Je livrais en ce moment une bataille sans merci contre ma mémoire pour me souvenir de cette information pour la moins capitale mais rien à faire, mon cerveau avait été comme formaté. Plus j’essayais de me souvenir de ma vie avant Héra plus je ne pensais n’avoir vécu nul part ailleurs qu’ici.
_ Et bien tu ne vas pas me dire que tu ne connais même plus ton nom, s’esclaffa Sipo
_ Je… je ne me souviens plus, marmonnais-je, au prix d’un grand effort.
_ Très bien, il est temps de te rebaptiser alors, que dirais-tu de… Djidane, s’enquit-il avec une pointe d’ironie.

Djidane… mais oui. Peu à peu des souvenirs revenaient à moi et des bribes de mon passé se frayaient un chemin dans ma mémoire. Je revoyais ce monde, mon monde : la Terre, dans lequel j’avais passé toute mon enfance. A ce moment je compris où était ma vrai place, sur Héra. J’avais l’occasion de recommencer une nouvelle vie en laissant derrière moi ce monde plein de haine, cette soudaine perspective fit monter en moi une douce mélancolie et je sortis peu à peu de mon habituelle torpeur.

Sipo, un petit hippopotame de couleur bleue terne, me regardait avec une pointe d’inquiétude, malgré sa petite taille c’était quelqu’un de très ingénieux qui dès la première rencontre inspirait la franchise et la bonté.

Sa petite voix cinglante me ramena à la réalité :
_ Viens ! Je vais te montrer ma maison.
Il me saisit délicatement la main et me fit gravir un long escalier de granit noir, nous finîmes par nous arrêter dans ce qui semblait être une gare, Sipo me fit asseoir avec cette même délicatesse et j’inspectais minutieusement la bâtisse. Une grande horloge ornée de sortes d’autruches surplombait la pièce, celles-ci semblaient matérialiser les heures.

_ Quelles sont ces bestioles ? demandais-je d’un air hébété.
_ Ce sont des chocobos, un croisement entre le poulet et l’autruche si tu préfères, me répondit-il spontanément, une journée est divisée en quatre cycles de six heures, lors du premier cycle les chocobos se colorent en bleu puis en rouge, en violet et enfin en doré, ceux-ci poussent un cri à chaque changement d’heures. Encore une merveille inventée par notre roi Cid.
A peine eut-il terminé sa phrase, les chocobos se colorèrent en violet tout en poussant une sorte de gloussement sonore.

_ Le taxair ne devrait plus tardé maintenant, ajouta Sipo.
Une petite navette bleue fit alors irruption sur le quai, les tôles qui la constituaient tenaient mystérieusement ensemble. Une sorte de cockpit avait été aménagé à l’avant, un homme y était affalé et hurlait des ordres au chef de gare qui obéissait sans dire un mot. Un semblant de moteur avait été fixé sur la partie inférieur du véhicule, ce premier ne semblait plus pouvoir tenir plus longtemps à ces incessants voyages mais en me penchant de plus prêt je réalisais qu’il ne s’agissait que de deux grosses hélices utilisant les différents composants de l’air pour tourner.
_ Ouahhh, ne pus-je m’empêcher de dire.

Les lourdes portes en fer s’ouvrirent dans un bruit démentiel et les personnes présentes dans la gare vinrent alors s’entasser dans l’unique compartiment, je dus recourir à l’aide de Sipo pour y rentrer à mon tour. Le trajet ne dura heureusement pas très longtemps mais la navette était tellement pleine que je fus comme « craché » à l’ouverture des portes.
_ Ne t’inquiètes pas avec le temps on s’y fait, plaisanta Sipo, il ne faudra pas traîner par contre les rues doivent être bondées à cette heure de la journée.

Et en effet, je fus confronté à une véritable marée humaine en sortant de la gare me rappelant vaguement une ville de mon ancien monde. Sipo resserra son emprise sur ma main et me fis forcer l’allure, après une bonne traversée dans ce flot nous finîmes par arriver devant une petite maison de bois, celle-ci semblait très accueillante mais un peu pittoresque.

Sipo tourna le semblant de poignée et m’entraîna à l’intérieur, celui-ci m’abandonna sur le palier pour aller voir ce qui semblait être son clone et après quelques mots échangés il revint en sa compagnie.

_ Je suis Lisa, la femme de Sipo, commença-t-elle gentiment, essuyant délicatement ses petites mains potelées sur son tablier.

Sipo ne me laissa pas même le temps de lui répondre, il me conduisit en toute hâte jusqu’à la salle à manger où diverses mets odorants étaient entreposés. Je ne me fis pas prier et à peine assis je commençais déjà à avaler ce que Sipo ajouter infatigablement à mon assiette, ces plats avaient des goûts et des senteurs particuliers, à chaque cuillérée je m’attendais à une nouvelle découverte. Une fois repu, je me laissais choir sur ma chaise, un sentiment de bien-être m’envahit peu à peu et je constatais avec quelle mal politesse je m’étais comporté, négligeant à tous les devoirs d’un bon invité.
Sipo, quant à lui, ne semblait s’en formaliser, il me regardait avec un de ses regards bienveillants habituels et finit par rompre le silence pesant qui régnait sur la pièce :
_ Alors Djidane, comment diable-as-tu atterri ici ?
_ Je…

Les mots ne me venaient pas et je ne savais comment décrire l’incident, fort heureusement Lisa décida de réagir et empêcha Sipo de continuer voyant que cela me mettait mal à l’aise
_ Sauvé, marmonnais-je.

Sipo prit une mine renfrognée et décida de reporter à demain son interrogatoire, il me conduisit d’un pas lent jusqu’à une chambre d’ami et me laissa le soin d’installer le peu d’affaire que j’avais.
Un miroir occupait la majeur partie de la pièce et en y regardant de plus prêt je m’aperçus que mon physique avait totalement changé, mes cheveux habituellement châtains avaient laissé place à une longue crinière doré, un étrange accoutrement avait remplacé mon habituel jean troué.

Pourtant je sentais quelque chose me grattait sérieusement dans le bas du dos, j’envoyais alors ma main en éclaireur et fis une découverte pour la moins étonnante : j’avais une queue !!!
Celle-ci pendait pitoyablement et ce n’était que maintenant que je m’en apercevais.

Finalement après une longue analyse de mon nouveau moi, je me laissais tomber sur le petit lit à baldaquin si bien qu’un sommeil sans rêves vint me cueillir.
ENIXpowaa
Mini mog
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 15
Inscription: 07 Oct 08 à 18:54
Localisation: The Frontier Village : Dali
Sexe: Non spécifié

Messagepar nanaki 13 » 11 Oct 08 à 12:58

Très bien :) bon texte :)

:arrow: :arrow: La Suite :!: :!: :lol:

EDIT : t'as beaucoup de temps libre pour nous faire sa & pas mal de courage mes Respects :banane:
Image
Le premier pas vers la connaissance, c'est d'admettre que l'on se sais rien


http://ken-hunter-18.labrute.fr
nanaki 13
Mercenaire
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 80
Inscription: 22 Avr 08 à 15:18
Localisation: Canyon Cosmo
Sexe: Homme

Messagepar ENIXpowaa » 11 Oct 08 à 13:59

Merci à toi Nanaki, du temps libre oui c'est vrai j'en ai ^^.

Pour la suite je pourrais peut-être la boucler cet aprem :wink:
ENIXpowaa
Mini mog
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 15
Inscription: 07 Oct 08 à 18:54
Localisation: The Frontier Village : Dali
Sexe: Non spécifié

Messagepar ENIXpowaa » 11 Oct 08 à 18:24

Et toc voila la suite que j'ai pondu pour vous :



# Chapitre 3 : Le Début du Commencement



Le lendemain, après une bonne nuit de sommeil, je m’extirpais hors du lit et m’empressais d’aller ouvrir les volets. Un silence de mort régnait sur la rue principale, pourtant si souvent empruntée, si bien que je commençais à me noyer dans mes pensées :

Avais-je quelqu’un de cher à qui je manquais dans l’autre monde ? Je n’avais pas le moindre souvenir d’une telle personne, ma vie dans mon vrai monde devait être synonyme de solitude et le fait d’avoir un ami cher comme Sipo ou Lisa emplissait mon cœur d’allégresse.

Mon attention se porta alors sur le ciel, celui-ci brillait d’une profonde lumière verte, j’y apercevais le soleil ainsi qu’une autre masse informe inconnue au bataillon.

Je sortis en trombe de ma chambre, toujours avec une moue fatigué avant de tomber nez à nez avec Lisa.

_ Bonne nuit ? me demanda-t-elle.
_ Excellente, répondis-je, et toujours intrigué par ma découverte je m'empressais de lui dire, quel est cet astre bleuté qui occupe le ciel ?
_ C'est Terra, la planète maudite, jamais quelqu'un n'a pu y parvenir, elle fait l'objet de nombreuses recherches ces temps-ci, notre roi y contribue beaucoup en dessinant des prototypes de navettes ... sans succès malheureusement, répondit-elle spontanément, ah au fait, Sipo te cherche, il t'attend dans la salle à manger, continua-t-elle.
_ Merci, chuchotais-je encore interloqué par ses paroles.

Sipo, quant à lui, m'attendait sagement dans la spacieuse pièce, il m'accueillit à bras ouverts et me fis asseoir avec la plus grande des délicatesses.

_ J'ai une bonne nouvelle pour toi ! m'annonça-t-il et sans me laisser prendre le temps de répondre il continua, tu seras désormais employé à plein temps dans mon magasin.

_ Génial, répondis-je sans grande conviction car il est vrai que le fait de travailler n'avait jamais eu pour effet de m'enchanter.

Mon attention se porta alors sur les plats que nous avait servis Lisa, ceux-ci arboraient des légumes séchés et aplatis par la chaleur, une sorte de croisement entre le radis et la courgette. Je me risquais à en goûter un, mais une odeur de moisissure et de déchet envahit la totalité de mes narines, je finis donc par le reposer sur son plat d'origine en songeant à la personne qui avait tenté de m'empoisonner.

Sipo, qui contemplait la scène depuis le début, pouffa d'un grand rire.
_ Ce sont des chocolégumes séchés, les habitants de Lindblum en raffolent et tu devrais t'y habituer car au p'tit dèj c'est chocolégumes séchés tous les jours, s'enquit-il en enfournant plusieurs de ces horreurs dans sa minuscule bouche.

Je pensais alors au jeun que je devrais faire chaque matin pour m'éviter cette torture.
_ Allez Djidane, c'est l'heure du boulot maintenant, continua-t-il en mastiquant joyeusement.
Après l'habituel baiser à Lisa, Sipo m'emmena dans la rue principale du quartier ouvrier. Nous reprîmes le même trajet que la veille et le taxair nous attendait, fidèle à son poste, sur le quai. Pour une fois je pus prendre mes aises dans la cabine et m'assis sur un des trois sièges qui la composaient.

A notre arrivée au quartier commerçant, Sipo continua la visite guidée qu'il avait entamée la veille et après nous être enfoncés au plus profond du quartier commerçant nous finîmes par arriver devant une petite boutique, l'enseigne dorée qui la surplombait représentait deux épées croisées.

_ Sipo tient donc une armurerie, comme c'est amusant, pensais-je.
Il entreprit d'ouvrir la porte et tira de toute sa petite force sur la poignée, Sipo m'entraîna alors à l'intérieur. Je ne pus cacher mon ébahissement devant la quantité et la variété d'armes présentes dans l'échoppe, Sipo brisa alors le silence :

_ A cette heure-ci il ne devrait pas y avoir de clients, si tu veux te promener dans la ville et jouer les touristes vas-y je te donne ma permission.

Une intense curiosité m'envahit soudain, je dirigeais alors mes pas vers l'immense fontaine en marbre construite en l'honneur du roi Cid et finis par pénétrer dans une longue allée bordait de magasins en tous genres, quand une voix retentit au loin.

_ Au voleur !!!!

Un mystérieux personnage encapuchonné me bouscula et me fis tomber à la renverse, une soif de vengeance que je n'avais encore jamais ressentie auparavant m'anima soudainement, je me relevais précipitamment et entamais une course poursuite dans l'espoir de retrouver mon agresseur et de lui faire payer cette humiliation. Celui-ci courrait de plus en plus vite et empruntait de longues ruelles étroites, la haine que j'éprouvais pour cet homme semblait me donner des ailes, apparemment mon physique ainsi que mon esprit et ma façon de voir les choses avaient été transformés et je commençais à adorer ma nouvelle "peau".

La distance qui nous séparait rétrécissait à vue d'œil et je pouvais sentir la panique qu'il éprouvait à l'instant même, ses foulées se faisaient irrégulières et son souffle saccadé, je savais que la fatigue commençait à le gagner et décidais d'en tirer profit.

Me tenant à moins d'un mètre de lui, j'empoignais vivement le pan de sa cape, celui-ci se retourna alors brusquement et nous trébuchâmes tout deux sur le sol dans une nuée de poussière.

Ma chute m'avait quelque peu sonné mais je réussis tant bien que mal à me hisser sur mes jambes, le voleur, quant à lui, semblait avoir eu moins de chance que moi, il gisait, inconscient sur le sol. Une personne de large stature fit alors irruption derrière moi et arracha sèchement une statuette des mains du voleur.

_ Merci p'tit gars, tu l'as eu, t'es une vrai gazelle tu sais, commença-t-il spontanément, il y a une place pour toi dans notre bande si ça te dis.
Le choc de la chute m'avait complètement ébranlé mais je reprenais petit à petit mes esprits.
_ Alors qu'est ce que t'en dis ? continua-t-il en éternuant bruyamment.
_ Qui êtes vous au juste ?? demandais-je suspicieusement.
_ Bach, des Tantalas, répondit-il précipitamment.
_ Les Tantalas ?? pensais-je, ce mot avait eu sur moi un effet des plus bizarres, c'est d'accord je me joins à vous mais avant je dois passer voir un ami.
_ Voila un p'tit gars bien sûr de lui, ça me plaît, sinon fait ce que tu as à faire je te suis.

Nous rebroussions chemin en laissant derrière nous le voleur, évanoui et affalé sur le sol, la fontaine apparut alors dans mon champ de vision et je retrouvais aisément le magasin de Sipo. Nous entrâmes silencieusement dans la boutique, Sipo, dont la tête dépassait à peine du comptoir, nous jetait un regard étonné.

_ Bach, c'est toi ?!?! Tu es rentré de Bloumécia, ça faisait un bail, commença Sipo sans se démunir de son expression de surprise, au fait que fais-tu avec Djidane ?
_ Mais c'est ce vieux Sipo, si je m'attendais, Djidane a capturé pour moi un des nombreux fous qui essayent encore et toujours de me voler la statuette.

Sipo se tordit alors de rire.
_ Tu t'es encore fait volé, parvint-il à articuler, le voleur volé quel étrange paradoxe !!
_ C'est déjà la quatrième fois et ils ne savent toujours pas à qui ils ont à faire, je me disais aussi que ... d'ajouter Djidane à la bande serait pas une mauvaise idée, qu'est ce que t'en dis ?? demanda Bach d'un ton innocent.

Sipo faisait tout pour cacher la tristesse que lui avaient insufflé les paroles de Bach, il avait fini par s'attacher à moi et moi à lui.
_ C'est peut-être mieux pour lui en effet plutôt que de rester enfermer dans mon magasin il aurait l'occasion de visiter Héra, avoua Sipo à contrecœur, qu'en penses-tu Djidane ?
_ Je ...

Un profond mutisme m'avait atteint depuis mon arrivée dans la boutique, l'idée de partir avec Bach me tentait beaucoup mais d'une autre manière quitter Sipo s'avérait étrangement difficile. Faire un choix se révélait être une tache bien épineuse pour moi.

Les relations les plus brèves laissent parfois les empreintes les plus indélébiles, tel était mon état d'esprit à l'instant même.

_ Tu sais Djidane, te débarrasser de moi ne sera pas aussi facile, on pourra toujours continuer à se voir tout les deux, me chuchota gentiment Sipo.
_ Très bien, Bach je pars avec vous c'est décidé, merci Sipo pour tout ce que vous avez fait pour moi Lisa et toi.
_ Allez pars, tu vas me faire pleurer.
ENIXpowaa
Mini mog
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 15
Inscription: 07 Oct 08 à 18:54
Localisation: The Frontier Village : Dali
Sexe: Non spécifié

Messagepar nanaki 13 » 11 Oct 08 à 18:41

Trop génial :mrgreen: T'as un don d'écrivain toi :P
Bravo ! (h5) (h5)
Quelle maîtrise du texte wouuu :shock:
Image
Le premier pas vers la connaissance, c'est d'admettre que l'on se sais rien


http://ken-hunter-18.labrute.fr
nanaki 13
Mercenaire
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 80
Inscription: 22 Avr 08 à 15:18
Localisation: Canyon Cosmo
Sexe: Homme

Messagepar ENIXpowaa » 12 Oct 08 à 13:13

Merci à toi nanaki :D

J'ai beau avoir du temps libre, il y a quand même un temps où il faut bosser, j'essaierais de poster la suite dans le courant de la semaine

Enjoy :!:
ENIXpowaa
Mini mog
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 15
Inscription: 07 Oct 08 à 18:54
Localisation: The Frontier Village : Dali
Sexe: Non spécifié

Messagepar nanaki 13 » 12 Oct 08 à 18:15

C'est OK t'en fait pas je comprend :wink:
J'en suis encore épaté ^^
Image
Le premier pas vers la connaissance, c'est d'admettre que l'on se sais rien


http://ken-hunter-18.labrute.fr
nanaki 13
Mercenaire
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 80
Inscription: 22 Avr 08 à 15:18
Localisation: Canyon Cosmo
Sexe: Homme

Messagepar ENIXpowaa » 22 Oct 08 à 15:31

La suite :) :


# Chapitre 4 : Le Combat ( Première Partie )






Suivre Bach à travers les rues sinueuses du quartier théâtral ne s’avérait pas être chose facile, son imposante et large stature peinait à se frayer un chemin.

De mon côté, j’observais tel un nouveau né les différents lieux qui s’offraient à mon regard, on trouvait majoritairement des théâtres ou salles de répétition dans cette partie de la ville.

Ma séparation avec Sipo occupait encore pleinement mes pensées, des images de lui se projetaient dans ma tête et je décidais de retourner le voir une fois installé dans mon nouveau chez moi.

Bach voulait me présenter aux « compagnons » , qui apparemment semblaient être les autres membres du clan des Tantalas.

Après une bonne traversée il finit par s’arrêter devant une bâtisse délabrée ornée d’une grosse horloge à chocobos, les fondations paraissaient instables, elles n’étaient plus aptes à soutenir une si grosse pendule.

_ Voila le QG des Tantalas, c’est maintenant chez toi !
Nous entrâmes silencieusement dans l’édifice, mon regard se posa alors sur de jeunes garçons s’exerçant à l’épée, ils semblaient tous avoir le même âge que moi.

_ Nouvelle recrue ! annonça Bach en éternuant bruyamment.
La joute à l’épée se stoppa soudainement et les cinq garçons vinrent tous m’inspecter à tour de rôle.
_ C’est un gringalet, j’te le dis ! commença l’un.
_ Je veux dire, bienvenue parmi nous ! me dit un autre.

Leurs accueils étaient diverses et variés allant de la franche poignet de main au coup d’œil suspicieux et méfiant. Pourtant tous semblait m’avoir plus au moins accepter.

La bande se restreignait à 7 membres, les triplés Bénéro, Sénéro et Généro étaient les plus étranges de ceux-ci, tout de haillons vêtus, ils haussaient le ton et agitaient leurs mains en fin de chaque phrase puis venait Frank, le mystérieux, qui m’avait fait l’accueil le plus glacial. Marcus, Cina et le chef : Bach, étaient les trois derniers membres de cette petite communauté, d’un naturel franc, direct et blagueur, ils étaient les piliers fondateurs des Tantalas.

Le soir même on m’assigna une chambre, qui comme celles des hommes de foi n’était composée que d’un ou deux meubles. Pour ce qui était du confort, cela frôlait le zéro absolu, de la paille avait été lancée sur le sol formant une sorte de litière, une couverture avait aussi été laissée à mon attention, malgré tout un sommeil profond vint me cueillire et je laissais mon esprit se faire emporter dans le monde du rêve.

_ Tout le monde debout ! Entraînement surprise ! s’emportait le chef.
Tel fût mon réveil lors de ma première vraie journée parmi les Tantalas. Le chef entrait dans chaque chambre, tirait chaque couverture et ouvrait chaque volet, son attitude matinale m’avait quelque peu surprise car en apparence il semblait être quelqu’un de paresseux et feignant.

_ Bandes de larves, remuez-vous ! s’époumonait-il.

Tant bien que mal nous réussîmes à nous rassembler dans la grande salle, les yeux rouges et les traits tirés ; nous mettre en rang releva d’une épreuve de force pour notre chef qui dût faire preuve de toute la patience possible et imaginable.

Il nous mit à tous une épée dans la main, quelque soit notre force ou notre niveau. Les mains tendues devant moi, j’essayais de trouver une posture agréable pour me reposer mais l’épée et le fait d’être debout m’en empêchaient.

Cina, quant à lui, optait pour un marteau de cuivre dévoré par la rouille, il ne semblait pouvoir s’en détacher et le préférait de loin à de belles lames finement taillées.

Un problème subsistait dans mon esprit, j’avais une arme bien sûr …, mais comment s’en servir !? N’était-ce pas un peu précipité comme entraînement !? La peur du ridicule m’envahit soudain, je venais d’être intégré et voilà que je devais déjà faire mes preuves en tant que combattant.

_ Ne t’inquiètes pas, les mouvements sont simples, tu lèves et tu abaisses, marmonnais-je d’un ton sensé être rassurant.

Le chef voulait une sorte de corps à corps entre lui et nous, malgré une très nette infériorité numérique ( 1 contre 7 ), je voyais de part l’expression de visage de mes camarades que les chances de victoire étaient très maigres, une peur incurable se lisait sur leur visage.
J’essayais de stopper le flux de pensées qui me submergeaient et en réouvrant les yeux, j’aperçus tous mes compagnons, allongés sur le sol, une main sur la tête.

_ C’est mon tour, pensais-je.

Bach pris tout son élan et s’élança vers moi, l’épée pointée en avant. Sa démarche était sure mais lente, il ne semblait connaître la défaite, plusieurs options s’offraient alors à moi :
Défendre ma position tel un vulgaire pantin ou l’attaquer de plein fouet. La deuxième option me semblait la plus risquée et la moins judicieuse, mais cela me permettait de le prendre par surprise.

A mon entendement, la meilleure défense était l’attaque, je décidais donc de foncer tête baissée et tirais parti de ma vitesse.

Une intense surprise se lisait sur son visage lorsque finalement j’optai pour l’assaut frontal.

J’esquivai sans peine l’épée dont il me menaçait, puis d’un mouvement vif, je lançais ma contre attaque, ma rapidité semblait le gêner mais il se débarrassait de mes attaques avec de faibles et simples gestes. Quant à moi, c’était sa force qui me bloquait, aucun de mes assauts n’en venaient à bout, ma vivacité devenait alors vide de sens.

Le rythme à laquelle je perdais mon énergie était dangereusement rapide mais je savais que réussir ce combat était dans mes cordes, j’avais tout du moins le mérite d’avoir « survécu » plus longtemps que mes autres compagnons.

Il me suffisait de trouver un moyen, mais lequel, tel était la question …
ENIXpowaa
Mini mog
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 15
Inscription: 07 Oct 08 à 18:54
Localisation: The Frontier Village : Dali
Sexe: Non spécifié

Messagepar nanaki 13 » 22 Oct 08 à 16:53

Superbe :p
Image
Le premier pas vers la connaissance, c'est d'admettre que l'on se sais rien


http://ken-hunter-18.labrute.fr
nanaki 13
Mercenaire
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 80
Inscription: 22 Avr 08 à 15:18
Localisation: Canyon Cosmo
Sexe: Homme

Messagepar Sinerion » 22 Oct 08 à 16:58

nanaki 13 a écrit:Trop génial :mrgreen: T'as un don d'écrivain toi :P
Bravo ! (h5) (h5)
Quelle maîtrise du texte wouuu :shock:


T'as pas du lire beaucoup toi...

Nan, bon je viens pas pour être méchant, juste pour dire que c'est bien, surtout les phases d'actions, tès bien foutues ! (h5)

Mais il y a je trouve un léger manque de passion dans la description et de lyrisme en géneral, mais tu es sur la bonne voie, améliore ton style et tu devrais y arriver
Image

Marié à Kogane2 et fan de Romi, dieu à FF
Sinerion
Magicien d'Oz
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 731
Inscription: 19 Juil 08 à 11:17
Localisation: Pas loin
Sexe: Homme

Messagepar ENIXpowaa » 22 Oct 08 à 20:32

Merci à vous deux.

Pour ce qui est de la passion, c'est vrai que j'arrive pas à faire passer de quelconques sentiments en écrivant, ça doit être l'utilisation du passé simple et du je à répétition qui me bloquent.

En tout cas j'essaierais d'améliorer ça dans les prochains chapitres, merci pour ton observation Sinerion, je ne peux que progresser ^^.
ENIXpowaa
Mini mog
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 15
Inscription: 07 Oct 08 à 18:54
Localisation: The Frontier Village : Dali
Sexe: Non spécifié

Messagepar nanaki 13 » 24 Oct 08 à 18:14

Sinerion excuse moi de te contre-dire mais j'aime beaucoup cette fan fic' ^^sinon je vois pas pourquoi je posterais sur ce topic ...
Image
Le premier pas vers la connaissance, c'est d'admettre que l'on se sais rien


http://ken-hunter-18.labrute.fr
nanaki 13
Mercenaire
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 80
Inscription: 22 Avr 08 à 15:18
Localisation: Canyon Cosmo
Sexe: Homme

Messagepar ENIXpowaa » 25 Oct 08 à 16:07

Voila une petite suite pour calmer les rancœurs ^^.




# Chapitre 5 : Le Combat ( Deuxième Partie )





Le souffle saccadé et le visage ruisselant, je poursuivais mes assauts, convaincu de ma victoire, mes mains serraient de plus en plus fort le manche de l’antiquité qui me servait d’arme.

Bach, quant à lui semblait lassé par ce combat, il avait la très nette intention d’y mettre un terme, il mit un genou à terre tel un coureur sur la ligne de départ ,baissa la tête en vérifiant ses points d’appui et fonça sur moi comme un forcené.

En optant pour cette stratégie, il s’exposait à de nombreux risques, mettre un terme au combat devenait finalement facile pour moi, je le voyais se rapprocher plus près… toujours plus près, puis au moment voulu je sautais dans les airs et m’accrochais à la poutre du plafond grâce à ma queue.

Son élan l’empêcha de s’arrêter et il contemplait impuissant la défaite venir à lui, je déliais ma queue et me fis tomber sur lui au moment opportun.

Puisant dans mes ultimes ressources, je tendis le plat de mon épée et lui assénais le coup fatal. Son corps s’affaissa, puis tomba à la renverse dans un bruit démentiel, une douleur lancinante le parcourut alors des pieds jusqu’à la tête, il ne revenait pas de sa défaite.

Tous les Tantalas s’étaient levés et venaient à tour de rôle me serraient la main, les yeux brillant d’admiration, j’avais battu leur chef quoi de plus normal.

Ce dernier s’empoignait la tête à deux mains, apparemment la douleur du coup restait gravé en lui, et ce n’était pas pour me déplaire. J’avais en quelque sorte marqué mon territoire et m’étais autoproclamé chef du QG, mais au fond je savais que la puissance du chef dépassait très nettement la mienne, cette fonction lui revenait donc de droit.

Le soir nous bavardâmes tous gaiement à l’exception du chef, qui, tenu à l’écart balançait la tête de droite à gauche. Un nouveau jour s’achevait, et je me sentais enfin à ma place en ces lieux.

Le lendemain, Bach me conduisît de bonne heure au quartier commerçant.

_ Il faut te trouver une arme, les épées ne conviennent pas à ton style de combat, tu as besoin de quelque chose de plus léger, petit et maniable, m’annonça-t-il.

Je devinais à l’avance l’endroit où il allait me mener et une fois arrivé à la fontaine, je débarquais précipitamment dans la boutique de Sipo. Sa joie ne pouvait être cachée, il la laissa donc déborder :

_ Djidane ! Tu es venu ?! Comment vas-tu ? enchaîna-t-il sans prendre la peine de respirer, Bach n’est pas avec toi ?!
_ Bonjour Sipo ! Bach arrive, il y a apparemment quelques magouilles entre lui et le forgeron.

_ Je sais bien, il est passé hier à la boutique d’un air complètement renfrogné me demandant une arme spéciale qui pourrait te convenir, il a sûrement dû la fusionner chez le forgeron peu de temps après, me confia-t-il.

Bach fit alors irruption dans l’échoppe, tenant un paquet bien étrange dans ces bras.

_ Tiens Djidane, de la part de tous les Tantalas ! dit-il d’un ton jovial que je ne lui connaissais pas.

Je pris le paquet qu’il me tendait et m’afférer à le déballer, Sipo en tant que spectateur ne pouvait s’empêcher de verser une petite larme devant tant de gentillesse et de compassion.

Le tissu était solidement attaché, mais quand enfin j’eus fini de le déballer, les deux magnifiques dagues qui s’y trouvaient emplir la pièce d’un profond halo bleuté, le soleil semblait accentuer cette impression de majesté.

_ Ça nous a coûté les yeux de la tête alors prends en soin, m’avoua Bach, pour une fois je ne les ai pas volées.
_ Ouahhh des mithdagues, s’exclama Sipo.

Je ne m’y connaissais pas réellement en armes de combat, mais l’attitude de Sipo me démontra leur rareté.

_ Je t’apprendrais à les utiliser, me chuchota Bach, tu risquerais de te blesser avec, AHAHAH.

La défaite de la veille semblait avoir été complètement effacé de la tête du chef, il avait retrouvé goût aux farces et à la plaisanterie. Son rire était singulier, plutôt forcé selon moi, mais ce faisant il arrivait à transmettre sa bonne humeur aux autres.


_ Bon c’est pas tout, mais faut qu’on y aille nous, commença Bach, merci pour tout Sipo.
_ Attends une minute, j’aimerais montrer quelque chose à Djidane, répondit spontanément Sipo.

Quant à moi j’étais toujours en pleine contemplation des deux magnifiques lames que je tenais dans mes mains. Celles-ci avaient été forgées au mythril et étincelaient d’une profonde lumière bleu-verte. Des inscriptions étaient gravées sur les pommeaux qui, selon Bach, avaient été taillés en os de gobelins.

_ OK, Djidane je t’attends au QG, finit par dire le chef, te perds pas en route.
Et il s’en alla dans une série d’éternuements sonores.

_ Viens avec moi Djidane, je vais te montrer quelque chose, commença mystérieusement Sipo en me tirant par le bras.
Je le suivais dans le long couloir sombre de l’arrière-boutique pour finalement arriver devant une porte en bois massif. Sipo sortit précautionneusement une grande clé de sa poche et l’enfonça de toute sa petite force dans la serrure.

_ Mais que caches-tu ici, Sipo ? lui demandais-je suspicieusement.
_ Tu vas voir, me répondit-il simplement…
ENIXpowaa
Mini mog
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 15
Inscription: 07 Oct 08 à 18:54
Localisation: The Frontier Village : Dali
Sexe: Non spécifié

Messagepar Lady_Marinou » 27 Oct 08 à 00:22

J'aime beaucoup !

C'est rare des bonnes fanfics sur FFIX...

J'espère que t'abandonneras pas en si bon chemin :)
Image
Lady_Marinou
Mini mog
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9
Inscription: 15 Oct 08 à 20:57
Localisation: Dans mon lit :)
Sexe: Non spécifié

Messagepar nanaki 13 » 27 Oct 08 à 10:44

Très bien :D continue :!:
(j'espère que je te met pas trop la pression ^^ :oops: :P )
Image
Le premier pas vers la connaissance, c'est d'admettre que l'on se sais rien


http://ken-hunter-18.labrute.fr
nanaki 13
Mercenaire
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 80
Inscription: 22 Avr 08 à 15:18
Localisation: Canyon Cosmo
Sexe: Homme

Messagepar ENIXpowaa » 27 Oct 08 à 13:44

C'est sympatoche, merci à vous deux ! Je sens que ça va me booster et me motiver à continuer !

T'inquiètes nanaki, tu me mets pas la pression :wink:
ENIXpowaa
Mini mog
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 15
Inscription: 07 Oct 08 à 18:54
Localisation: The Frontier Village : Dali
Sexe: Non spécifié

Suivante

Retourner vers Littérature


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron