Ma chaîne YouTube

Pour parler de tout et de rien, dites ce qui vous traverse l'esprit

Ma chaîne YouTube

Messagepar Kuja Ier » 01 Aoû 17 à 18:43

Bonjour à tous !

Vu l'état du forum à l'heure actuelle, et vu que certains ne sont pas dans mes amis Facebook, vous ne m'en voudrez pas trop si je fais un topic dédié ^^

Il y a plusieurs mois, je vous parlais de mon projet de création de chaîne YouTube. J'ai depuis passé quatre mois dans une autre province, ce qui m'a obligé à mettre le projet en stand-by. De retour là où se trouve le matériel de tournage, j'ai enfin passé la seconde. Plusieurs jours de travail plus tard, la première vidéo est enfin prête :



Il faut savoir que cette chaîne est pensée comme un livre extensible à l'infini, ce pourquoi les vidéos sont numérotées comme le seraient des chapitres, et que cette première vidéo fait plutôt office de préface. Toutes les vidéos ne seront pas aussi longues. En fait, cette vidéo fait office de test car il y a beaucoup de choses dont on ne se rend pas compte au moment du tournage. Cette vidéo a été retournée trois fois, et au moment de mettre cette vidéo en forme avec les logiciels adaptés, on retrouve encore des choses à améliorer... Être plus fluide et concis, éviter les tics de langage, etc. On a cependant tout fait pour que l'image soit la plus nette possible (résolution, framerate, focus, lumière), et le son le plus clair possible (microphone dédié), donc on est satisfait de ce point de vue-là.

Si vous ne voulez pas louper les prochaines vidéos, n'hésitez pas à vous abonner ^^

Sinon, si vous voulez le script non tronqué de la vidéo, voici l'url de l'article dédié : http://alarecherchedugraal.unblog.fr/20 ... itiatique/

Bon visionnage :kitty:
Dernière édition par Kuja Ier le 01 Aoû 17 à 18:45, édité 1 fois.
Lorsqu’une âme est plongée dans un état d’oubli d’elle-même, son parcours l’amènera naturellement à vouloir redevenir Lumière. Voilà le sens de la grande aventure humaine.

Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer.
Kuja Ier
Bugueur forum
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7832
Inscription: 08 Avr 06 à 22:45
Localisation: Là où on ne m'attend pas...
Sexe: Homme

Re: Ma chaîne YouTube

Messagepar cKei » 04 Aoû 17 à 11:28

Ben du coup je te file mon nom en MP si tu veux m'ajouter sur Facebook, histoire de pas couper le lien malgré la lente agonie du forum. ;-)
Image
cKei
Phoénix Magique
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Inscription: 03 Déc 10 à 12:27
Localisation: Toulousain exilé à Strasbourg
Sexe: Homme

Re: Ma chaîne YouTube

Messagepar Kuja Ier » 04 Aoû 17 à 12:33

Merci de la proposition, l'invitation est déjà envoyée ;-)

Merci aussi à Oméga-Phénix de s'être abonné à la chaîne ('.')
Lorsqu’une âme est plongée dans un état d’oubli d’elle-même, son parcours l’amènera naturellement à vouloir redevenir Lumière. Voilà le sens de la grande aventure humaine.

Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer.
Kuja Ier
Bugueur forum
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7832
Inscription: 08 Avr 06 à 22:45
Localisation: Là où on ne m'attend pas...
Sexe: Homme

Re: Ma chaîne YouTube

Messagepar Oméga-Phénix » 04 Aoû 17 à 12:49

Quand tu dis "mon rêve de devenir enseignant-chercheur s'est transformé en prison"...

Image

Bon courage, Kuja, j'espère que ton projet va marcher, la concurence et rude, et c'est très dur de percer sur Youtube \m/
Oméga-Phénix, Ashura-sensei à l'école des Chevaliers Phénix.


Image
Oméga-Phénix
Magicien d'Oz
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 899
Inscription: 27 Aoû 09 à 23:57
Sexe: Homme

Re: Ma chaîne YouTube

Messagepar Kuja Ier » 04 Aoû 17 à 18:11

Oméga-Phénix a écrit:Bon courage, Kuja, j'espère que ton projet va marcher, la concurrence est rude, et c'est très dur de percer sur YouTube \m/

Merci ^^

En fait, j'ai déjà fait une petite étude de marché, et voici mon projet global : pendant les 2 ans qu'il me reste de mon doctorat, faire une vidéo toutes les deux semaines en moyenne (si une vidéo demande de lire plusieurs livres ou un pavé, elles pourront prendre jusqu'à un mois, mais on parle bien de la moyenne), bref, avoir plusieurs dizaines de vidéos de publiées une fois mon doctorat fini. Si tout se passe bien, je devrais avoir plusieurs milliers d'abonnés.

En parallèle, ma femme fait une formation pour apprendre le chinois aux Français, elle a déjà passé six mois sur la grammaire (la syntaxe plus précisément) chinoise (car on ne peut pas penser globalement l'enseignement de la grammaire si on ne l'a pas bien intégré et digéré soi-même ; les Chinois n'ont jamais eu un cours de grammaire de leur vie, ils savent ainsi comment l'utiliser au quotidien, mais sont incapables de l'enseigner), et va commencer d'ici deux mois à écrire les cours. Une fois les cours finis, il me faudra traduire les explications en Français, et on fera les vidéos de la formation ensemble.

Une fois rentré en France ou quelques mois avant notre rentrée en France, on lance notre chaîne YouTube pour apprendre le chinois, et grâce à ma chaîne actuelle, on fait de la publicité pour la nouvelle chaîne. Après quelques mois de teasing pour notre site internet, on crée notre entreprise et on lance notre formation.

C'est quelque chose d'assez courant sur YouTube, et pour les langues, ça se fait aussi. Par exemple, si tu veux apprendre l'arabe, tu as ce site-là : https://arabeenligne.fr/

Ça ne veut pas dire que notre site sera identique, c'est juste pour donner une idée d'à quoi ressemble un site qui propose une formation dans les langues. J'ai pris ce site en exemple car c'est le premier qui m'est venu en tête, en effet dernièrement j'ai voulu apprendre l'alphabet arabe et j'étais tombé sur sa chaîne YouTube.

Bien sûr, le prix d'une formation dépend du secteur. Dans l'immobilier, de nombreuses personnes peuvent vendre leurs formations entre 500 et 1000 euros car le retour sur investissement est énorme. C'est simple, les connaissances dans l'immobilier valent des milliers d'euros, donc dépenser 1000 euros pour une formation peut être un achat judicieux. Exemple simple, si une formation t'évite un achat qui va te faire plusieurs milliers d'euros de perte, ou alors que tu peux faire une négociation qui te fait économiser plusieurs milliers d'euros, on est d'accord pour dire que l'achat d'une telle formation est facilement rentabilisé.

Les langues, c'est différent, le retour sur investissement est souvent indirect car tout dépend du but de la personne qui veut apprendre cette langue, et cela intéresse plutôt les personnes ayant la vingtaine voire la trentaine. Une formation d'un an sur 250 euros, avec possibilité de payer une vingtaine d'euros par mois, est cependant un système qui a déjà prouvé son efficacité (21 euros par mois sur 12 mois est abordable pour les étudiants). Proposer une formation accessible à vie est un point qui permet de se différencier des concurrents, car peu importe le secteur, il existe des formations qui sont limitées à seulement un an. Comme un abonnement PlayStation Plus :-\

Ce qui me fait dire que c'est possible, c'est que vendre des formations et en vivre en ayant seulement quelques milliers d'abonnés sur YouTube, je l'ai vu se faire sur des chaînes dirigées par des entrepreneurs qui n'ont pas froid aux yeux. Dernièrement, j'ai vu un YouTubeur qui a réussi à être indépendant financièrement, c'est-à-dire plus de 1200 euros par mois, alors qu'il n'avait que 2 000 à 3000 abonnés. D'aileurs, il en a maintenant 4 500. En clair, ces chaînes ne font aucun placement de produit pour les autres entreprises, elles ne font que des placements de produit pour leurs propres produits, ce qui amène un rendement maximal. Penser en tant qu'entrepreneur est radicalement différent de ce que les médias nous abreuvent comme conception du YouTube business : avoir des millions d'abonnés, faire des vidéos monétisées et des placements de produits à plus de 10 000 euros. Sauf qu'on peut très bien n'avoir que quelques milliers d'abonnés et faire ses propres produits. YouTube est donc une plateforme comme peuvent l'être la télé et la radio, et l'optimiser pour en tirer le maximum, comme dans tout bon RPG qui se respecte ( :kitty: ), est possible. Bref, on peut "hacker" le YouTube game, et du coup, la concurrence n'est plus un problème puisque seulement quelques milliers d'abonnés sont nécessaires.

Il faut bien comprendre qu'avec une formation à 250 euros et seulement 10 clients par mois en moyenne, en enlevant la TVA et les charges, il nous reste 1500 euros net. C'est incroyable comment internet a révolutionné la manière d'entreprendre, avant il était impensable de vivre avec seulement 10 clients par mois, et encore moins de manière automatisée.

Je suis ainsi de nombreux youtubeurs qui montrent comment gagner de l'argent avec les propriétés intellectuelles : par exemple, passe 2 mois à faire une formation que tu vendras 50 euros. Si un peu de marketing est fait, cette formation va se vendre en moyenne 5 fois par mois. Pas de quoi en vivre me direz vous. Sauf qu'il faut regarder sur le long terme : une formation est généralement exploitée plusieurs années au minimum, sauf si c'est dans un milieu avec de trop fortes mises-à-jour d'une année sur l'autre (essayez de vendre une formation sur Word 2007 actuellement...). En 10 ans, cette formation aura rapportée 30 000 euros, pour deux mois de travail. Soit 15 000 euros de chiffre d'affaire par mois travaillé. C'est la magie des propriétés intellectuelles. Dans l'exemple, avec une seule IP, il est difficile d'en vivre, mais il est tout aussi impensable qu'en 10 ans, on n'ait travaillé que deux mois et créer qu'une seule formation... En les accumulant, on peut vivre de façon très confortable.

Ainsi, certaines personnes font des formations en permanence, scrutent les besoins des gens, et répondent à leur demande. Et comme ça répond aux demandes des gens, les formations ne font pas que 5 ventes par mois... De tête, je pourrais citer une dizaine de youtubeurs qui écrivent des formations en quasi-permanence et qui font 1500 euros de chiffre d'affaire par jour à eux seuls.

Après, ceux qui arrivent à ce résultat passent pour beaucoup leur vie à produire leurs formations, à les mettre à jour (car oui, un actif, ça s'entretient) et à en faire la promotion sur YouTube, mais juste arriver à 3000 euros de chiffre d'affaire par mois (ne pas oublier de déduire TVA et charges...), et non pas les 50 000 euros qu'ils font, m'irait très bien.

On ne compte pour le moment faire que trois formations, les trois dans la langue chinoise, une formation par année d'apprentissage (on est au courant que les formations suivantes se vendront moins, mais psychologiquement, ça peut aider la personne à passer le pas, car elle sait que si elle aime la première formation, elle aura la possibilité de continuer). On essaiera au maximum de coller au HSK, c'est le test officiel des instituts Confucius pour obtenir le diplôme de maîtrise de la langue chinoise. En anglais, d'équivalent, il y a le test de Cambridge par exemple. En français, c'est le DELF il me semble. Il y a 6 niveaux, et on aimerait couvrir ces 6 niveaux, de manière à ce que les étudiants voient leur avancement concret au fil des leçons.

Ce qui m'a motivé à passer le pas, c'est de me rendre compte que la liberté financière ne dépend que de notre niveau d'exigence. Des personnes ont des business qu'elles ont automatisés via internet et qui leur rapportent 600 euros par mois, mais comme elles vivent à l'étranger dans des pays plus pauvres, comme l'Inde ou les Philippines, elles peuvent avoir un niveau de vie plus haut que la moyenne dans ces pays, tout en étant libre financièrement, c'est-à-dire qu'elles ne passent que quelques heures à gérer leur business par mois... Une fois qu'on a compris ça, si en plus on a compris ce principe de création de propriété intellectuelle à vendre sur le long terme, on se rend compte qu'on peut très bien vivre chez soi, gagner assez d'argent pour vivre et garder beaucoup de temps pour soi.

Par exemple, avec ma femme on a décidé depuis assez longtemps maintenant, que quand on aura un enfant, pour avoir un bon enseignement bilingue, la meilleure solution est l'école à la maison. Le mieux est donc que les deux parents soient présents, et donc qu'ils puissent travailler depuis leur maison...

De mon côté, cela me permettra de faire de la physique comme je l'ai toujours rêvé, c'est-à-dire en la liant à la philosophie, car les mathématiques et la logique sous-tendent ces deux disciplines, bien plus proches qu'on ne le pense. D'ailleurs, on ne désigne comme philosophie que les questions réputées insolubles à une époque donnée... Discuter des atomes en Grèce antique, c'étaient de la philosophie et de la logique pure, maintenant, c'est de la science avec preuves expérimentales. Ainsi, la philosophie est forcément réduite à ne se concentrer que sur de moins en moins de questions, mais des questions de plus en plus essentielles. Par exemple, imaginons (j'ai bien dit "imaginons") que l'on prouve expérimentalement qu'en plus du corps physique, on a un corps énergétique. Alors les allusions philosophiques de Descartes et des penseurs grecques sur la séparation entre le corps et l'esprit ne seraient plus de la philosophie mais de la science avec preuves expérimentales à l'appui. La philosophie, c'est l'avant-garde de la science, c'est elle qui pose les questions qui seront un jour peut-être résolues par la science. Ne pas vouloir lié ces deux disciplines plus que cela, en ne laissant tout au plus ce champ qu'aux plus grands physiciens est, à mon sens, une erreur. Je ne sais pas si d'autres personnes sont d'accord avec moi ou non, cependant, c'est ma vision des choses et j'estime qu'elle a sa place sur YouTube.

Voili voilou, ce message est bien plus long que je ne l'avais imaginé, ça devient une habitude...

Enfin bref, à plus ('.')
Lorsqu’une âme est plongée dans un état d’oubli d’elle-même, son parcours l’amènera naturellement à vouloir redevenir Lumière. Voilà le sens de la grande aventure humaine.

Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer.
Kuja Ier
Bugueur forum
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7832
Inscription: 08 Avr 06 à 22:45
Localisation: Là où on ne m'attend pas...
Sexe: Homme

Re: Ma chaîne YouTube

Messagepar Kuja Ier » 08 Aoû 17 à 18:06

Parlant de séparation entre le corps et l'esprit...



Et un autre témoignage :

CHRONIQUE DU QUÉBEC
Entrevue avec Daniel Meurois

Ici, en Amérique du Nord, y compris les Etats-Unis, beaucoup de gens trouvent tout à fait naturel de parler des sorties de corps, des expériences de mort imminente, des voyages astraux, etc. et chacun y va de son livre.
Récemment, Denis Lévesque, un journaliste-vedette de LCN, une des grandes chaînes télévisées d’informations canadiennes, interrogeait bien simplement une dame de Chicoutimi qui racontait ce qu’elle avait vécu pendant et après une opération chirurgicale. Un autre vient raconter sa manière de canaliser une entité venue d’ailleurs.
Une ex-journaliste de Radio-Canada, France Gauthier, en est à son troisième livre sur les mediums, et s’exprime en toute liberté sur LCN. Bref, la routine !
J’ai voulu rencontrer un habitué de la décorporation, un Français-Québecois, Daniel Meurois, qui a écrit 34 livres, traduits en 17 langues, sans que cela apparaisse officiellement dans aucun hit-parade des ventes en librairie malgré un nombre de lecteurs impressionnant.
A-t-il une histoire spéciale ? Un cerveau spécial ? Une mission spéciale ?
DV – Daniel Meurois, pouvez-vous me parler de votre structure psychique ? Avez-vous quelque chose de particulier en vous, ou dans votre cerveau ?
DM - C’est possible… avec autant de souplesse à vivre des décorporations depuis l’âge de 21 ans. Mais je ne sais pas en quoi. Je n’ai pas eu d’entraînement particulier, et je n’ai aucune sensibilité particulière qui me viendrait de ma famille. J’ai été élevé dans un milieu catholique, dans une ville minière du Nord de la France. J’ai fait mes ¨deux communions¨ comme tout le monde ou presque à l’époque et j’ai suivi un parcours scolaire classique avant de me retrouver en Faculté de Lettres à Lille en 1969.
En fait, cette expérience m’est ¨tombée dessus¨ sans que je l’aie cherchée. C’était totalement involontaire. Je suis rentré un jour chez moi, dans ma chambre d’étudiant, en soirée. J’étais fatigué comme après une journée de travail intellectuel, je me suis allongé sur mon lit pour me détendre, les mains derrière la tête, au début. Sans plus. Et tout à coup, je me suis senti tout petit à l’intérieur de mon corps, avec une sensation de dilatation périphérique. Je n’avais plus de contrôle sur mes membres. J’étais comme ankylosé au point de ne plus sentir ceux-ci du tout. Ma volonté ne pouvait pas dire à mon doigt : « Bouge ! ».
- Cela a duré combien de temps ?
-DM - Quelques minutes. Et soudain je suis sorti de mon corps. En un éclair, je me suis vu de l’extérieur. J’ai vu mon corps étendu sur mon lit, raide. Ma première réaction a été : « Tu es mort ! ». Je me sentais extrêmement lucide. Plus que lucide, même. J’étais deux yeux qui regardaient mon corps physique. Je flottais au plafond de ma chambre, dans une forme semi-gazeuse, semi-électrique, les sens en hyper-éveil, l’ouïe décuplée : j’entendais avec une grande précision les moindres bruits de la rue. Mon champ de vision était au moins à 180 degrés, sans doute davantage, et je voyais des couleurs hyper-lumineuses, et la matière comme démultipliée, éparpillée en milliers de particules lumineuses. J’ai su plus tard que dans la tradition hindoue cela s’appelle la Danse de Shiva, la danse des atomes. J’étais comme un ballon de baudruche, je flottais sans aucune maîtrise de ma direction.
C’est là que je me suis répété : « Tu dois être mort », car je passais à travers la matière, les objets ! Je passais à travers l’armoire de ma chambre avec la sensation du bois, à travers les solives du plafond.
- Vous avez eu peur ?
- DM Pas du tout. J’étais dans un réel état de bien-être, comme si je pouvais enfin prendre une immense respiration intérieure. Il y avait un puissant sentiment de joie. Je me suis dit : « Si c’est cela la mort, c’est merveilleux ».
- Vous êtes resté ainsi combien de temps ?
- DM - Je ne sais pas. Trente secondes, quinze minutes... C’est difficile à dire… Puis je suis revenu dans mon corps tout aussi involontairement que je l’avais quitté. J’ai mis quelques minutes à retrouver l’usage de mes membres et à sortir de mon état cataleptique. J’ai peut-être alors ressenti une légère angoisse, mais la beauté de ce que j’avais vécu l’emportait sur la difficulté du retour.
- Est-ce que vous êtes ¨retourné dans votre vie¨ aussi facilement et spontanément, c'est-à-dire en doutant de votre expérience ?
- DM - Non, je suis resté très impressionné et convaincu d’avoir vraiment vécu cette expérience, qu’elle n’avait rien à voir avec un rêve. Je n’en ai parlé à personne, et j’ai cherché pendant environ six mois à en savoir plus sur ce phénomène. Mais à l’époque, rien n’avait été écrit au sujet des décorporations. J’ai fini par dénicher un vieux bouquin à la bibliothèque universitaire, d’un certain Charles Lancelin, mais qui mentionnait seulement le dédoublement astral, c’était ses termes, mais sans l’expliquer. J’étais déjà content de pouvoir mettre un nom sur mon expérience. C’est à ce moment-là que j’ai décidé d’essayer de revivre mon expérience.
Et pendant six mois, j’ai tenté de me confectionner une méthode pour recréer les circonstances de ma découverte bien involontaire. À force de tâtonnements autour de la relaxation et d’exercices qu’on qualifierait aujourd’hui de Hatha-Yoga, et tout en surveillant le niveau de tension de mes membres, j’ai trouvé le déclic.
Moins j’assimilais ma conscience à mon corps physique, moins je m’identifiais à mon moi-je, plus je dissociais mon intellect, mon mental, de mon corps physique, plus j’approchais du but. À un moment donné , une seconde décorporation s’est produite. S’il y a un ¨secret¨, il est difficile à exprimer…
- Ce serait une sorte de lâcher-prise mental extrême ?
- DM - Oui, au point que mon corps physique n’est plus qu’un habit que je laisse transitoirement.
- Avez-vous lu depuis tout ce qui tourne autour des NDE, des expériences de mort imminente ? Il y a eu beaucoup de témoignages depuis les travaux d’Élisabeth Kubbler-Röss, surtout en en Amérique du Nord où vous vivez depuis 19 ans.
- DM - Je ne lis pas de livres. Deux ou trois en vingt ans, peut-être. Mes yeux n’arrivent pas à se fixer sur leurs pages. Et j’ai perdu le goût de la lecture. J’ai lu seulement quelques articles et j’ai entendu des témoignages sur les expériences de mort imminentes.
- Est-ce un effet secondaire de vos multiples décorporations ?
- DM - Je ne sais pas. En tout cas, c’est comme si une volonté supérieure à la mienne avait posé en moi un verrou à la lecture. Je le ressens aussi comme une possible protection pour ne pas être influencé pour transmettre le plus fidèlement et le plus authentiquement possible les informations reçues pendant mes voyages intérieurs.
- Donc vous êtes devenu votre propre expert en voyage astral ?
- DM - Je me suis aperçu que le terme « astral » de Charles Lancelin n’était pas approprié. Il avait vogue à l’époque et encore aujourd’hui dans un certain monde ésotérique, mais il s’agit pour moi de projection. Ma conscience peut se projeter en dehors de mon champ physique, et se transporter dans un autre lieu, auprès d’autres personnes. À un moment donné de ma recherche, je me suis testé ainsi pendant des mois. J’en ai parlé à deux amis en lesquels j’avais confiance. Je leur ai demandé la permission de me rendre chez eux, tel jour à telle heure pour ensuite vérifier si ce que j’avais vu en projection de conscience était vrai. Au début, il me fallait un minimum de lien affectif pour agir. Ensuite, j’ai élargi mon champ d’action…
Par exemple, je me rendais en projection dans une grange que je connaissais, j’explorais les lieux, je repérais une pierre dans un coin, je l’observais très attentivement, et j’allais ensuite vérifier sur place si c’était vrai. Il m’est aussi arrivé d’aller visionner, avant qu’il ne soit à l’affiche en France, un film dans une salle de cinéma aux États Unis. Il s’agissait du fameux « Jaws » ( « Les dents de la mer » ). Une fois, j’ai voulu rendre visite à un copain de Fac, mais sans qu’il en soit averti, par jeu, par curiosité et sans aucune malice. Toutefois, lorsque j’ai passé sa porte, j’ai ressenti un malaise et j’ai aussitôt réintégré mon corps. J’ai compris qu’il y avait une sorte d’éthique supérieure de la conscience et que si je jouais à un tel ¨jeu¨, mon véhicule d’énergie psychique allait s’amoindrir, s’abimer. Je me suis alors demandé pourquoi tout cela ? Qu’est-ce que cela voulait dire ? À quoi cela menait-t-il ?
- Justement, à quoi cela mène-t-il ?
- DM - Je vais revenir là-dessus avec mon expérience d’aujourd’hui... À l’époque, en 71, je ne me posais pas vraiment de question de nature métaphysique ou spirituelle... J
À l'Université, j’ai rencontré alors Anne Givaudan qui n’avait aucune connaissance à ce sujet, et ce fut la première personne qui a trouvé cela intéressant au point de vouloir essayer de participer au phénomène. Je lui ai donc communiqué ma méthode. Et pendant sept ans, nous avons travaillé en synchronisation. C’est pourquoi nous avons co-signé nos livres.
- À quel moment avez-vous « trouvé » toutes les informations que vous relatez ensemble ?
- DM - C’est en 77 que j’ai découvert une autre clé. Je me suis rendu compte que le corps de ma conscience changeait de niveau vibratoire en fonction de mes pensées. Si j’avais des pensées sereines, belles, lumineuses, le son intérieur que j’entendais montait en intensité jusqu’à l’ultra-son. Si j’avais des pensées tristes ou des difficultés personnelles, le son devenait grave jusqu’à devenir un bourdonnement. J’étais « plombé » et rappelé dans mon corps physique… Un jour de grande paix, j’ai capté l’ultra-son et j’ai été absorbé dans un entonnoir, une spirale de lumière tourbillonnante. J’avais passé un sas en une fraction de seconde. Je me suis projeté littéralement dans une autre dimension où il y avait une qualité de lumière qui n’avait rien de terrestre. Elle venait du dedans de ce que je voyais, de l’herbe, des arbres, de la nature. J’ai aussi senti que j’avais malgré tout un poids car je voyais les traces de mes pas… J’ai réalisé à ce moment précis que cet univers au-delà de ce sas correspondait à ce que la conscience trouve quand la mort du corps survient.
En résumé, le premier stade est l’éclatement des barrières mentales, le second est l’aspect concret et réel de ce qui vous entoure dans le phénomène de décorporation, et le troisième est l’accès involontaire, une fois de plus, à un univers parallèle qui possède certaines caractéristiques identiques au nôtre ?
Je sais que c’est difficile à admettre et que cela peut provoquer une crise d’urticaire mental. Mais c’est ma vie, et pour répondre à votre question précédente, c’est le sens de ma vie. Dans cet univers, dans ces univers, j’ai rencontré d’autres « consciences » et j’ai noté leurs messages dans mon premier ouvrage, paru depuis en format de poche, «Récits d’un voyageur de l’astral » en 1980. Je peux dire aujourd’hui que ma quête est spirituelle est hors-normes, hors des dogmes, religions, ésotérisme, etc.
Je retranscris des informations, tout en posant les questions du « niaiseux » comme ont dit ici au Québec. Ce sont des dialogues où je cherche à comprendre avec mes mots et mes limites humaines.
- Pourquoi être allé chercher tous ces messages ?
- DM - Je me sens investi d’un travail à accomplir, d’un devoir de transmission pour dire que la vie ne s’arrête pas et que nous sommes bien plus qu’un corps physique. Pour transmettre une dédramatisation de la mort, susciter l’espoir. Chaque lecteur se fait son opinion. Mais quand on me pose la question : « Est-ce-que tu crois que l’homme a une âme ? », je réponds : « Non, je ne le crois pas, je la connais, je la vis dans ma chair ».
- Ces extractions de votre corps psychique provoquent-elles des souffrances ?
- DM - Seulement beaucoup de fatigue, car je subis de grandes accélérations cardiaques et si je reste trop longtemps hors de mon corps, la fatigue psychique s’installe. D’autant que j’écris immédiatement, car tout ce que je perçois est gravé d’une façon incroyable pendant deux ou trois jours, mais après cela s’estompe. Mes facultés de mémorisation sont aussi très sollicitées. Je respire moins bien… J’ai dû lutter beaucoup dans ma vie.
- Cette communication avec le ¨Ciel¨ est-elle compatible avec une relation humaine ?
- DM - Elle donne un sens à ma vie sur terre, même si je reviens dans la lourdeur, car la matière est rebelle et l’état humain pas aussi fluide qu’on le voudrait. Je suis un être humain comme tout le monde, avec mes lassitudes, mes émotions… Les années passent bien sûr et j’arrive à prendre de la distance par rapport au quotidien et aux épreuves. Dans ce sens, le fait que je doive me placer dans un état de détachement profond par rapport à mon mental pour pouvoir me décorporer, influence ma vision de la vie et mes relations avec les autres.
- Avez-vous rencontré d’autres personnes qui ont cette même capacité ?
- DM - Oui et non, car beaucoup de gens font des expériences de sorties de corps spontanées, toutefois… pas comme moi. Je crois y avoir été prédestiné. Par contre, j’ai eu le bonheur, il y a quelques années, de rencontrer Marie-Johanne, qui est devenue mon épouse et qui, également, a développé depuis longtemps et avec beaucoup de souplesse ces capacités. Là aussi, une prédestination.
. S’il y avait une seule chose à retenir de vos voyages de l’âme, ce serait quoi ?
. DM - La théorie de l’hologramme… Dans la plus petite particule qui compose un objet, il y a l’ image de l’objet. Dans l’hypothèse d’une Création divine, si on en est une cellule, cette cellule contient en elle l’image intégrale du Divin. Nous sommes les particules d’un grand Être, et je compare le Christ à un « cloneur ». Il va chercher au fond de nous la cellule-souche, l’atome-germe qui possède la mémoire du Tout, la conscience divine. Et il ressuscite dans chaque cellule l’hologramme du Divin en soi… On me rétorque souvent que l’hologramme est seulement une image, que le cerveau peut créer toutes les images possible, et que je crée mes propres projections d’hologrammes en visitant des mondes parallèles. Oui, c’est exact à ce niveau-là… mais il faut pousser plus loin la réflexion !
C’est illusoire, mais pas plus illusoire que le monde de matière dans lequel nous vivons, avec les règles et les explications admises jusqu’à aujourd’hui. On rejoint la notion de « maya » dans la tradition hindoue. On dépasse le monde de l’âme pour accéder au monde de l’Esprit. Le monde de l’âme est un tremplin pour expérimenter des situations terrestres. L’illusion, l’hologramme, est un outil au service de l’Éveil. On joue le jeu en s’incarnant, on joue le jeu du corps humain, des lois terrestres. Si nous poussons le raisonnement jusqu’à l’absurde, le Christ, le Bouddha ne se sont jamais incarnés. C’est une illusion, mais elle déclenche une montée possible vers d’autres niveaux de conscience. Elle nous ramène vers la Source.
- Vous en faites votre métier depuis 35 ans : serait-ce devenu une sorte de fuite de la vie ordinaire ?
- DM - L’autre côté de la vie a des facettes suffisamment merveilleuses pour être tenté de fuir le quotidien. Mais j’ai eu la chance de comprendre pourquoi ce don m’a été fait et comment il devait devenir constructif pour poser un regard plus serein, plus significatif, plus profond sur la vie de tous les jours. Par ailleurs, si j’étais tombé dans le piège de la fuite, j’aurai perdu mes capacités. Car pour moi, ce n’est pas un métier, comme vous dites, mais une vocation. J’ai été destiné à cela…
- Vous définissez-vous comme un écrivain ?
- DM - Non, je ne me suis jamais senti écrivain, malgré la rédaction de mes 34 livres. Mon engagement, c’est de témoigner. Je n’ai pas de plaisir particulier à écrire. J’étais plutôt attiré par la musique, la peinture. Je voulais même étudier à l’IDHEC, la grande école de cinéma française à la fin des années 60. Et d’ailleurs, je transmets ce que je vis comme un réalisateur de film conçoit ses oeuvres. J’enregistre des kilomètres de pellicules, je sélectionne les scènes car tout n’est pas intéressant, et je fais le montage. Plusieurs Producteurs me l'ont fait remarquer. Je suis aussi un traducteur. Si je capte une scène en araméen ou en sanskrit, je traduis en français avec mon vocabulaire d’aujourd’hui. C’est ma façon de faire, si ce n’est que les informations viennent d’un autre monde que le nôtre… et que cela m’a toujours amené à vivre avec le sens du sacré chevillé à mon âme.
J’ai rencontré beaucoup de gens en conférences, et ce n’est pas parce que je parle du Christ, de l’âme, de la mort et de la vie, que je ne peux pas aller ensuite au bistro du coin boire une bière avec des amis. Je constate que nous vivons dans des rapports de dualité, de séparations des niveaux de pensée, alors que pour moi le Divin est dans tout. Il n’y a pas à rejeter quoi que ce soit. C’est une attitude scientifique que de considérer, sans condamner ou vouloir dénoncer une supercherie, toute nouvelle façon d’envisager ou d’expliquer le corps, la matière, l’après-vie, l’histoire des peuples et des gens autrement. Les livres ne seront évidemment jamais que des livres mais… quand on y met du cœur et la vérité d’un vécu réel… Après, eh bien, c’est chaque lecteur qui décide de ce qu’il en fait en lui-même.
Interview adaptée de D. Vaudoiset -


Sinon, aujourd'hui, j'ai tourné une autre vidéo, mais on ne s'est aperçu qu'à la fin que le son était bon, mais qu'à l'image j'avais une tête de déterré... On dirait que j'ai passé trois nuits sans dormir. En fait, j'étais tellement concentré sur ce que j'allais dire que je n'ai pas fait attention à mon expression faciale... C'était sympa pourtant, je prenais même Zelda et la GameBoy dans mes exemples... Dommage, vidéo à refaire.

Bref, les vidéos, ça attire plus de monde qu'un texte, mais c'est surtout parce que c'est bien plus contraignant... Pour avoir un bon son et une bonne image, les premiers tests nous ont pris des jours entiers (pour maîtriser la partie matérielle et la partie logicielle), et maintenant un autre problème survient... Ça devrait aller mieux avec l'expérience ^^
Lorsqu’une âme est plongée dans un état d’oubli d’elle-même, son parcours l’amènera naturellement à vouloir redevenir Lumière. Voilà le sens de la grande aventure humaine.

Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer.
Kuja Ier
Bugueur forum
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7832
Inscription: 08 Avr 06 à 22:45
Localisation: Là où on ne m'attend pas...
Sexe: Homme

Re: Ma chaîne YouTube

Messagepar Kuja Ier » 20 Aoû 17 à 17:56

Bon, ça fait deux semaines et demi, et ma deuxième vidéo est prête... Enfin, disons qu'elle est dans le logiciel d'édition vidéo, il faut encore attendre le temps qu'elle soit rendu, puis le temps pour la compresser, puis le temps pour l'uploader, bref... ça arrive demain ^^
Lorsqu’une âme est plongée dans un état d’oubli d’elle-même, son parcours l’amènera naturellement à vouloir redevenir Lumière. Voilà le sens de la grande aventure humaine.

Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer.
Kuja Ier
Bugueur forum
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7832
Inscription: 08 Avr 06 à 22:45
Localisation: Là où on ne m'attend pas...
Sexe: Homme


Retourner vers Blablabla


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité