Philémon

Philémon

Messagepar Zarathoustra » 19 Juin 08 à 20:26

Image

Bon, j’ai eu envi de vous faire partagé l’une de mes grande passion : Philémon, le must de la BD française. Mais la BD comme on aime, original, drôle, inventive, artistique, original et définitivement culte. Philémon à le profil type de la BD culte parmis les passionnés, loins de tout matraquage médiatique, et de produits dérivé en tout genre. Une BD d’artiste, atypique et personnelle (au niveau de la forme), qui au départ serait destiné aux enfants, mais à l’instar d’Alice au Pays des Merveille, Philémon est une œuvre bien plus profonde qu’elle pourrait laisser croire.


Bio rapide

Image :arrow: la classe^^

Fred, ce nom résonne dans tous les esprits qui ont côtoyé son imaginaire comme celui qui incarnerait le Lewis Carrol français. Encore plus étourdissent et profond qu’un Alice au Pays des merveilles. Il a méme fait des envieux parmis ses collègues, et notamment une autre légende, le maître de l’absurde : Gotlib.

Avant de devenir le mentor du genre, il a commencé par publié dés l’age de 20 ans dans des revues étrangère et française. Il débute sa carrière en donnant naissance au coté de François Cavanna et le Professeur Choron au magazine Hara-Kiri, terre d’expression à la nouvelle BD adulte. Il y publiera Transinge et l’Homme Zan pour ne citer que deux.

Au début des années 60 il décide de lancer son personnage fétiche sur le devant de la scène, d’abord refuser par Spirou, c’est Goscinny totalement charmé qui lancera sa carrière.
Le premier tome ne fait l’unanimité, son univers et son style ne touche pas le grand public. Déçu, il décide alors de faire evoluer ses personnages en envoyant Philémon sur les lettres de l'Océan Atlantique. Comment lui est venue cette idée ? Tout simplement, en regardant l'eau de son bain s'écouler de la baignoire, comme beaucoup d'entre nous, il s'est demandé ce qu'il pouvait bien y avoir derrière... Il écrit un scénario qu'il fait lire à Goscinny en déclarant qu'il veut dessiner l'histoire. Goscinny consent.

L'aventure de Philémon s'achèvera en 1987 au terme de 15 albums.

PS : "Fred a un message personnel pour Terry Gilliam, le réalisateur de Brazil et L’Armée des 12 Singes : à l’époque où Gilliam traînait dans Paris, inconnu et fauché, Goscinny avait demandé à Fred de lui écrire un scénario , finalement publié dans Pilote sous la forme d’une histoire en six pages. Le succès venu, Gilliam avait cherché à joindre Fred, malheureusement occupé à faire de la plongée sous-marine aux Maldives. Ces contretemps sont agaçants, ils peuvent vous faire perdre vingt ans. Alors le message dit que Fred a toujours envie de travailler avec Gilliam et qu’il attend sur le second T à l’heure où les Manu-Manu vont boire. Comme ça, c’est clair. "

Image

Synopsis

Image

Philémon vit seul avec son pére, sa vie est morose et travaille dur pour l’exploitation de son pére. Cependant ce garçon n’est pas en proie au travaille, et s’évade dans ses rêves les plus fous pour echapper au quotidien. Tout son monde s’en trouvera bouleversé lorsqu’il tombe malencontreusement dans un puit, qui par la suite atterrit sur le monde des lettres, ou il rencontre un certain Bartélémy. Lui aussi un habitant du monde « réel » qui s’est retrouvé accidentellement sur le « A » de l’océan Atlantique.
En cherchant a retourné tout deux dans leur monde, Barthelemy s’aperçoit très vite a quel point son ancien monde est déprimant. Et Philémon, l'aidera a retourner dans le Monde des Lettres ou il vivra a nouveau d'autres palpitantes aventures, au grand dam de son père qui le croit un peu dingo.



Réflexion

Image


La base de l’Univers de Philémon reprend la base de celui d’ Alice au Pays des Merveilles : un jeune homme simple, un peu espiègle et rêveur bascule d'un quotidien terne à un univers poétique et fou (le 'Monde des Lettres' de "O.C.E.A.N. A.T.L.A.N.T.I.Q.U.E.") en tombant accidentellement dans un puits et ensuite en franchissant divers passage totalement surréaliste et fou. Par exemple, dans "Simbabbad de Batbad", Philémon passe à travers un cerceau que possède son oncle, qui communique avec l'une des deux lunes du 'Monde des Lettres', et crève du même coup cette lune. Et a chaque nouveau tome, il reprend ce fil conducteur, Philémon est toujours à la recherche de la « clef », qui lui permettra de sortir du monde des lettres. Dans ce monde il retrouve et découvre des personnages sortant de l’imaginaire de l’auteur obéissant à une logique folle, absurde mais onirique et loufoque à la fois. En témoigne la Mort incarnant un PDG jouissant « d’une affaire florissante », Cerbére ressemble étrangement aux Dupondts d’Hergé, le monde des ténèbres prend place derrière les couleurs de l’arc en ciel ou des standardistes règlent les naissances et les décès, car « la vie ne tient qu’à un fil ».

Si l'on essaye réellement, sincèrement, de se représenter l'univers de "Philémon" dans sa globalité, on finit par souffrir de vertiges schizoïdes, et pourtant, Fred se plaît à faire se recouper ses albums en un ensemble bizarrement cohérent. On est totalement ailleurs, mais dans un ailleurs crédible parce qu'intime : on est chez Fred, dans Fred, et on y est bien car tout y est beau et fascinant. Et cela, c'est un cadeau d'une générosité et d'une sincérité que l'on ne peut qu'admirer.

Il parvient à exploiter parfaitement la poésie découlant de la logique enfantine, et surtout son extraordinaire potentiel au rêve. Pour un enfant découvrant le monde, tout au départ est à priori possible et frais : ce n'est qu'au fil du temps que l'univers se conceptualise, se rétrécit, et finit parfois par se réduire à quelques objectifs fétichistes et à de simples axes routiniers. "Philémon" est l'un des plus radicaux antidotes à ce mal.

En vérité là ou Fred à réussi à se démarquer des autres, c’est au niveau artistique et de l’exploitation du support, offrant une infinie de possibilité, notamment en embarquant le lecteur, dans des chausse-trappe, d’abîme, d’illusion et de passages, bannissant toutes barrière à son aventure et à son univers. Il a expérimenté de toutes les façons imaginables avec le format de la bande dessinée : ses décors communiquent d'une case à l'autre, sortent des cases, ou sont franchement situés à côté... ses personnages se multiplient ou se fragmentent en débordant des cadres... et le plus beau, c'est que cette créativité exceptionnelle sur le plan de la forme correspond parfaitement au fond, d'une profondeur que l'on a largement sous-estimée. C’est pour cela que l’auteur est en pleine improvisation, car il a décidé de ne pas mettre de frontière à son imaginaire, qui se traduit ici, par une fresque baroque et lyrique aux multiples dimensions entre l’inconscient et la raison symbolisé par l’âne de Philémon.

http://www.dailymotion.com/video/x1rk5b_comix-fred-part1_creation

Conclusion

Image

Cette série symbolise pour moi l’accomplissement de la BD en France, une œuvre indispensable qui ne contentera que les lecteurs avertis. Un public de passionné, qui connaissent et reconnaissent le talent chez autrui quand celui-ci parait tellement évident, à l’heure ou la BD est une passion pour adulte, laissant pour compte les nouvelles génération à des prix astronomique, n’étant pas informé de notre formidable patrimoine, et ce tourne vers un notre marché. Je veux bien sur parler de certains mangas et comics (dont 98%, faut ce le dire, sont à vomir), qui aujourd’hui bouffe le marché, avec quoi ? Avec ce genre de bouse (pour la plupart qui le sont devenus) qui exploite une image médiatique, qui manipule leurs œuvres comme si c’était quelque chose d’externe, et finalement ne sont plus sincère avec leurs travaux. Lire Philémon, ce n’est pas ce ranger contre une autre culture, mais en découvrir une, mais c’est surtout un voyage fantastique à travers un chef-d’œuvre authentique. Pour conclure brièvement, je pense sincèrement qu’on apprécie plus une œuvre, quand on sait qu’elle touche le véritable passionné, le fin connaisseur.





source :

http://www.batbad.com
http://www.chez.com
Image
Zarathoustra
Ange des Ténèbres
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 913
Inscription: 11 Fév 07 à 22:12
Sexe: Non spécifié

Messagepar yoda » 22 Juin 08 à 12:56

BD découverte par hasard, et plutôt bonne surprise.

Enfin, pas au point de me faire acheter des tomes mais j'avoue que j'ai relu le seul que j'avoue sous la main pas mal de fois. Autant le dire tout de suite, ça m'a complètement largué. Impossible de comprendre quoi que ce soit au trip de Lettre de l'Atlantique, la mise en page est tout à fait particulière tout comme le design général. Je sais pas trop si je trouve ça moche ou bien super original mais en tout cas, ça m'avait marqué. De même que les personnages: en effet, Philémon y rencontrait des manu manu militari, sorte de main géante habillée d'une marionnette capturant les hommes pour les placer sur sa cheminée. C'est complètement con mais j'ai trouvé ça sympa ^__^
yoda
Pampa Senior
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3359
Inscription: 10 Jan 06 à 22:06
Sexe: Non spécifié

Messagepar Zarathoustra » 22 Juin 08 à 13:01

Pareil, pendant longtemps je possedais qu'un tome de cette série (Les naufragées du "A"), j'étais un largué, mais j'ai totalement accroché à l'humour aux persos, à l'aventure, à cette inventivité permanante et méme au style artistique. Il m'a fallut attendre une réedition pour me procurer d'autre album à des prix raisonnable.
Image
Zarathoustra
Ange des Ténèbres
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 913
Inscription: 11 Fév 07 à 22:12
Sexe: Non spécifié


Retourner vers BD & Comics


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron