Le roman le plus long possible : une nouvelle tendance ?

Parlez ici de BD, des romans et postez vos écrits!

Le roman le plus long possible : une nouvelle tendance ?

Messagepar Re-Van » 21 Jan 13 à 16:28

EDIT : histoire que la question ne passe pas inaperçue, je me permet de créer un topic pour prolonger le débat.


J'en profite pour poster un "constat" que je me suis fait ces derniers temps, tandis que je viens de passer du temps à bouquiner au Furet.
Ce constat repose surtout sur les romans de fantastiques et de fantasy mais peut sans doute s'étendre à de nombreux genres.

Quand je termine un livre, j'ai de plus en plus l'impression (je sais pas si c'est de nos jours ou si c'est une pratique ancienne), bref, j'ai l'impression que les auteurs ont tendance à faire en toute connaissance de cause du SCORING de nombre de pages écrites. Dès fois les histoires traînent proprement et s'éternisent dans de la description du moindre brin d'herbe.

Par exemple je viens de lire Dette d'Os de Terry Goodking (Hors série de Cycle l'Epée de Vérité), le bouquin fait 100 pages et franchement dans les 50 premières l'écrivain lague à décrire la salle d'un chateau dans lequel se trouve la protagoniste lors de la première scène.

Bon je ne dis pas que ces excès de descriptions sont inintéressants car l'immersion c'est important dans un roman, surtout de fantasy. Mais voilà, parfois on croirait vraiment que les auteurs se forcent pour en faire le plus possible.
Au point que je me demande si avant même de se lancer dans l'écriture le gars pense "Tolkien a fait une trilogie, bah moi j'vais en faire 2"... "Les tomes de Martin font 1000 pages chacun... bah les miens en feront 2000, et y aura 200 persos principaux, et y aura 94 dieux, 55 royaumes, 40 montagnes du destin, 70 anneaux uniques à détruire, 18 continents à explorer...." A croire qu'atteindre plus de 1000 pages est en soi un critère de réussite, au point de devoir faire du remplissage :V

Voilà, ce n'est qu'un constat que je me fait, j'aimerai connaître vos avis, notamment celui d'IceBenDarken toi qui écris ton roman.
Dernière édition par Re-Van le 21 Jan 13 à 16:39, édité 2 fois.
"Je ne veux pas déranger monsieur le magicien Gandalf mais... quand est ce qu'on mange ???"
Re-Van
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 936
Inscription: 05 Fév 12 à 20:30
Localisation: Avec ma Vanille sur Gran Pulse
Sexe: Homme

Re: Le roman le plus long possible : une nouvelle tendance ?

Messagepar IceDarkBen » 21 Jan 13 à 20:18

Je ne sais pas s'il y a vraiment une tendance à vouloir écrire le plus longuement possible pour se taper la classe. Ce que je constate moi, c'est qu'on entre dans une ère où l'imagination, la fantasy et les idéaux/rêves personnels s'expriment de plus en plus librement. Et cela quelque soit le support, tu regardes dans les classes maintenant, un élève sur deux dessinent en cours, et des trucs parfois impressionnant pour leurs âges. Si c'est pas ça, c'est la musique, je ne vois que des groupes se former autour de moi. Et si tu regardes sur le net, c'est les fan fictions qui sont de plus en plus populaire (quoique, y a de plus de fictions originales).

Pour les romans, je pense pas vraiment qu'il y ait une volonté de faire le plus long possible pour une question de mode ou de défi. L'imagination et la reconnaissance des écrits évolue avec le temps, surtout du côté de la fantasy. Regarde Harry Potter, le livre des étoiles, le seigneurs des anneaux (un peu plus vieux, mais peut être le premier précepteur de cette tendance). Le public et les lecteurs aiment et en tant qu'écrivain, je peux affirmer que c'est beaucoup plus passionnant de s'étendre sur un récit long et riche en péripétie.

Après pour les descriptions qui tiennent en longueur, ça dépend du style et des gouts de chacun. Autrefois je n'en faisais aucune et on me l'a reproché, à présent j'en fais tellement que des fois l'aventure met du temps à se mettre en route tellement je m'émerveille devant les propres décors façonné par mon imagination. Il y a un côté grisant, et un peu présomptueux : celui d'imposer le monde qu'on imagine et de prouver qu'il est magnifique.

C'est mon avis sur la question en tant qu'écrivain amateur.
Image

Mon blog sur mon voyage au japon : http://nihondeisshoni.blogspot.fr/
Nagareboshi a écrit:On critique pas les asiatiques devant moi, tout comme on critique pas FFIX devant Ice, règle de vie numéro 1.

Seven a écrit:Oh Ice, je laisse tomber ma copine et je change de sexe pour toi ! épouse moi ! :kitty:

Idole de Nagareboshi et Shadowmann, chouchou de Chapo
IceDarkBen
Phoénix Magique
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1785
Inscription: 14 Oct 10 à 18:28
Sexe: Homme

Re: Le roman le plus long possible : une nouvelle tendance ?

Messagepar Tango's » 21 Jan 13 à 21:15

Voilà un sujet qui va me passionner. Les livres les plus long ne sont pas forcément les meilleurs. Pour preuve, « Regard Oblique » et « le visage de l'Ange » sont deux pavés indigestes de mon auteur préféré, bien que le premier comporte le meilleur méchant créer par son imagination. A contrario, il y a de très bons livres contenant un nombre conséquent de pages, ce qui fut le cas de « Battle Royale » par Koushun Takami. Il faut savoir doser justesse dans les détails et histoire. D'un point de vue personnel, j'apprécie quand le style est épuré et que le récit soit immersif. J'aime me sentir directement dans l'histoire comme si j'y était, notamment lorsque Dean Koontz évoque ces paysages magnifiques de sa Californie chérie.
Dans le cas de JRR Tolkien, sa méticulosité extrême, a fait de ses romans un monde riche et difficile, je pense au « Silmarion ».
Après, je rejoins IceDarkBen, le genre fantasy est un monde a part, pour la SF peut-être. Puisque tout part de l'imagination de l'auteur. Chaque chose est décrite de façon a faire retranscrire le monde dont est issus son imagination. C'est peut-être pour cela que j'ai un peu de mal avec ce genre.

IceDarkBen a écrit:la musique, je ne vois que des groupes se former autour de moi.

Il y a aussi l'effet média. Lorsque les jeunes voient que des gens peuvent devenir star en passant à la télé et gagner de l'argent facile.
Image

On ne peut pas dire qu'on appartient à une société quand une cette société contient un élément disposé à vous exclure.
Cristal qui songe / Theodore Sturgeon


Mais pleurer un seul être dans une tourmente où on assassinait des centaines de milliers d'innocents désarmés équivalait à éteindre une bougie dans un immeuble en flammes.
L'heure du Loup / Robert McCammon
Tango's
Phoénix Magique
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2222
Inscription: 20 Mar 11 à 22:22
Sexe: Homme


Retourner vers Littérature


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron